Accueil

RAPA NUI - L'ILE DE PAQUES



Ce moai mesure, plate-forme comprise, 14 mètres de hauteur. Il porte un pukao, une coiffe gigantesque sculptée dans la scorie volcanique.







Moai déterré sur le flanc du Rano Raraku lors de l'expédition archéologique de 1955.




 

LES MOAI, GEANTS DE PIERRE

838 moais sont recensés sur l'île.

Ce sont des représentations de divinités et d'ancêtres. Chaque clan de l'île possédait les siens, disposés sur une plate-forme sacrée. Cette dernière, appelée ahu, servait également de lieu de sépulture et était
toujours installée le long des cotes.
Toutes les statues ont été érigées dos à la mer et face aux maisons, en symbole de protection. Selon la tradition, chaque moai porte la responsabilité de la partie du monde qu'il regarde.

 

 

LE SAVEZ-VOUS ?

Passez votre souris sur l'image

Face sud du volcan Rano Raraku, également appelée carrière de moais.
Le volcan Raraku : la carrière de moais

 


UN MATERIAU DE CHOIX

Les mégalythes ont, pour la plupart, été façonnés dans la roche du volcan Rano Raraku. Le choix de ce matériau tient à son extraordinaire maléabilité. Composé de cendres volcaniques compactées et de petits morceaux de basalte, il se prête parfaitement au travail de la pierre.

Les moais étaient entièrement réalisés dans la carrière. Chaque détail achevé, ils partaient pour leur destination finale.


DEPLACES PAR UNE FORCE SUPRÊME

La légende raconte que, transportés par une force suprême, le mana, ils marchaient d'eux-mêmes jusqu'à leur plate-forme. En réalité, l'opération nécessitait une quantité phénoménale de force et de temps.
Il semble que les Rapanui ne disposaient pas de suffisament de bois pour faire rouler les idoles sur des rondins. Ils les auraient plus vraisemblablement
déplacées en position debout, en les tirant par à coups à l'aide de cordes végétales, vers la droite puis vers la gauche.

MOAI TE PARO : LE GEANT DES GEANTS

Moai Te Paro est le plus haut moai jamais érigé sur l'île. Aujourd'hui renversé, il mesurait, pukao compris, 12 mètres de haut pour un poids de 80 tonnes. Sa plate-forme, Ahu Te Pito Kura, se situe à 6 km de la carrière. D'après des estimations scientifiques, il aurait fallu un an et 30 hommes pour sculpter ce moai, 2 mois et 90 hommes pour le déplacer, et 5 mois et 90 hommes pour l'ériger sur sa plate-forme.

Une oeuvre collossale qui semble toutefois en dessous des ambitions et des capacités des Rapa Nui :
c'est un moai de 21,65 mètres, appelé Te Tokanga, qui a été retrouvé en cours d'exécution dans la carrière. Une fois détaché, il aurait pesé 200 tonnes.

Evolution des moai du XIIe au XVIIIe siècle.

UNE BRUTALE DECHEANCE

Au fil du temps, les réalisations furent de plus en plus stylisées et imposantes. Les Rapanui s'étaient lancés dans une course aux grandeurs censée, devant les bouleversements climatiques et la raréfaction des vivres, apaiser les dieux et les ancêtres.

Cet état de crise déclencha des guerres tribales à la fin du XVIIIe siècle. Les statues des clans adverses furent alors mises à bas en signe de représailles. Les rares à avoir été épargnées ont été renversées et pillées au XIXe siècle par les occidentaux. Ce n'est qu'au cours du XXe siècle, que certaines statues furent relevées par des scientifiques ou des mécènes étrangers.

 

 


 

Le moai est relevé en dix-huit jours.Pedro Atan, maire d'Hanga Roa en 1955 et Thor Heyerdahl devant le colosse redressé.

En 1955, Thor Heyerdahl fait relever le moai solitaire de l'
Ahu Ature Huki dans la baie d'Anakena.
Le colosse est érigé en dix-huit jours grâce au savoir-faire de Pedro Atan, le maire du village.
Il est toujours debout aujourd'hui.