Accueil

RAPA NUI - L'ILE DE PAQUES



Un Moaï solitaire au pied de la carrière du Rano Raraku.        Il est enfoncé de plusieurs mètres dans le sol.

 

PRISE DE POSSESSION CHILIENNE

Le 9 septembre 1888, le commandant chilien Policarpo Toro prend possesion de l'île pour son pays.
Rapidement, le gouvernement cède l'exploitation des terres à la compagnie anglaise Williamson et Balfour. Celle-ci y pratique l'élévage intensif de moutons, ravageant ainsi l'essentiel de la végétation.

Les Pascuans sont peu à peu parqués dans le village d'Hanga Roa, encerclé de barbelés. Tout déplacement en dehors de ce périmètre doit faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès du chef militaire chilien. Le couvre-feu est fixé à 18h.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Passez votre souris sur l'image
 

LIBERALISATION

Le contrat de location de l'île par les Anglais s'achève en 1952. Les Chiliens renforcent alors leur emprise sur le territoire pour des raisons officielles stratégiques. Ils en contrôlent les 90%, confinant toujours la population dans le village.

En 1966 les Pascuans sont rattachés à la province de Valparaiso. Ils obtiennent le droit de vote ainsi que des papiers d'identité. Ils sont appelés Pascuans, du mot Pascua qui signifie Pâques en espagnol.

VERS UNE AUTONOMIE ?


L'île est reliée à Santiago et à Papeete par deux vols hebdomadaires de la compagnie LanChile, détentrice d'un monopole.

Les habitants soucieux de conserver vivaces les restes de leur culture,
entretiennent des liens étroits avec leurs cousins polynésiens. Ils développent également des programmes linguistiques afin de sauvegarder la langue rapanui.

 

Ils revendiquent aujourd'hui le droit à une plus grande autonomie, souhaitant s'affranchir d'une partie de l'autorité centrale chilienne.
Cette dernière, distante de plusieurs milliers de kilomètres, est considérée comme peu apte à gérer les problèmes spécifiques de l'île.