Accueil

RAPA NUI - L'ILE DE PAQUES



Passez votre souris sur l'image :
Voir explications ci-contre


 

MUSEES EUROPEENS ET CULTURE PASCUANE

   
 

Angleterre
1. Londres - British Museum


Belgique
2. Bruxelles - Musée du
Cinquantenaire


France
3. Paris - Musée du quai Branly

île
4. Paris - Musée du Louvre

Norvège
5. Oslo - Kon-Tiki Museum

  1. Angleterre - Londres
British museum

Le British Museum possède l'oeuvre la plus sacrée de la culture rapa nui et la plus impressionnante d'Europe : le moai Hoa Hakananai'a (photo ci-contre).

Cette statue a été ramenée en 1868, par l'équipage du navire a
nglais HMS Topaze commandé par Richard Ashmore Powell, et venu sur l'Ile de Pâques pour récupérer des éléments d'art local. Son poids est estimée à 4 tonnes.

Située au village sacré d'Orongo, elle était devenue avec le temps une des statues les plus vénérées de l'Ile. Sur son dos, les Rapa Nui ont ajouté au 18e siècle des symboles sculptés, en rapport avec le culte de l'Homme oiseau, dont elle semble avoir été le point central des cérémonies.

<< On perçoit derrière sa tête des pagaies, derrière son cou à droite un oiseau, et sur son dos un anneau ainsi qu'une ceinture, symboles retrouvés sur de nombreuses sculptures de bois rapanui.

Hoa Hakananai'a était à l'époque peinte de ki'ea (mélange huileux, issu de la terre blanche et rouge des falaises et de la sève des plantes). Son nom signifierait "Ami caché ou volé."

Le British Museum possède une autre statue de basalte, plus petite, appelée Moai Hava.

 
Dessin réalisé d'après un pétroglyphe de l'homme-oiseau.

2. Belgique - Bruxelles
Musée du Cinquantenaire

>> Le dieu des pêcheurs de thon, Pou Hakanononga, est la pièce maîtresse de la collection polynésienne du Musée du Cinquantenaire de Bruxelles. Cette statue colossale a été ramenée avec l'autorisation du gouvernement chilien en 1935 par le navire-école Mercator.

Elle a été découverte près du village d'Hanga Roa, à moitié enterrée. Mesurant 2 mètres de haut et pesant 6 tonnes, il a fallu deux jours pour la transporter jusqu'au navire. Pou Hakanononga est d'une forme unique. Aucune autre statue de l'Ile ne lui ressemble.

Son nom l'associe à un dieu alors que les autres moais semblent être pour la plupart des représentations d'ancêtres. Cela semble venir du fait que les Rapa Nui avaient constaté que la pêche au thon était meilleure lorsqu'ils s'aventuraient en mer à hauteur de cette statue.

Pou Hakanononga se dressait sur un ahu exceptionnel, carré et composé de pierres non taillées. Ce monument a été daté du XIIIe siècle grâce au carbonne 14, devenant ainsi le plus vieux (scientifiquement daté) de l'Ile.

Les Musées royaux d'art et d'histoire de Bruxelles possèdent une belle collection sur l'île de Pâques, la plupart réunis lors de l'expédition franco-belge de 1934-1935. Citons en particulier les statuettes en bois, appelées moai kavakava, tangata et papa.

 
Pou Hakanononga est exposé à Bruxelles.

Moai Pou Hakanononga

3. France - Paris
Musée du quai Branly

La tête de moai du musée du quai Branly est accessible gratuitement depuis le jardin.
Posée sur un piédestal de 5 mètres, elle est visible de près depuis la terrasse du café Branly.

Longtemps exposée au Musée de l'Homme, elle a été ramenée en 1872 par l'amiral de La Flore : frégate française sur laquelle Pierre Loti s'était embarqué à Valparaiso. Il put ainsi visiter l'île de Pâques, les Marquises et l'archipel de la Société.

 
Tête colossale exposée au musée du quai Branly
Tête colossale du quai Branly
     

4. France – Paris
Musée du Louvre

Au cœur du musée du Louvre, le pavillon des sessions abrite 120 chefs d'œuvres sculpturaux des civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques.
Tous sont réunis autour d'une belle idée : « que les chefs-d'œuvre du monde entier naissent libres et égaux... ». Ils sont donc exposés avec le même respect et le même regard que le sont les œuvres occidentales dans le reste du musée.

Parmi eux, une tête colossale et plusieurs statuettes en bois de l'île de Pâques (moai kavakava, moia tangata, reimiro…).
Don du gouvernement chilien en 1935, la tête de moai mesure 1,70 m de hauteur. Elle représente les deux cinquièmes de la sculpture originelle, qui devait mesurer cinq mètres de hauteur.

 
Tête colossale exposée au Louvre
Tête colossale du Louvre

5. Norvège - Oslo
Kon-Tiki Museum

Le Kon-Tiki Museum est une fondation privée, qui abrite la collection de bateaux et d'artefacts des expéditions de Thor Heyerdahl. Des moais de l'Ile de Pâques y sont exposés ainsi que de nombreux objets polynésiens.

Thor Heyerdahl (1914-2002), archéologue norvégien, dirigea de nombreuses fouilles archéologiques à l'Ile de Pâques et dans l'Est de la Polynésie. Après des études de biologie, géographie et anthropologie à Oslo, il alla à Tahiti. Le Chef Teriiro'o "l'adopta", et lui donna le nom de Te Rai ma te ata (Reflet du Ciel).

Puis il s'installa avec sa femme à Fatu Hiva, aux Marquises (1937-38). Ce séjour eut une grande influence sur le reste de sa vie. L'observation qu'il fit de la vie, des vents, des courants et même de l'histoire, le convaincu de l'origine sud américaine du peuple polynésien.

Il développa cette théorie dans son livre : "American Indians in the Pacific". La communauté scientifique n'accepta pas sa théorie. Il décida alors de la prouver dans la vie réelle.

Le 28 avril 1947, il partit avec un équipage de 5 hommes depuis Callao au Pérou sur le Kon-Tiki, un radeau de bois construit sur le modèle des embarcations sud américaines traditionnelles. >>
Il parcoura 4300 miles pendant 101 jours jusqu'à l'archipel des Tuamotu. L'expédition du Kon-Tiki, livre relatant le voyage fut traduit en 70 langues et le document filmé obtint l'Oscar du meilleur documentaire en 1951.

Il organisa, entre autres, des fouilles archéologiques aux Iles Galapagos (1952-53) et à l'Ile de Pâques (1955-56 et 1986-88) devenant avec ses équipes, un des pionniers de l'archéologie du Pacifique. Il écrivit de nombreux ouvrages, dont "Aku-Aku, The Secrets of Easter Island".

 
Moais du Kon-Tiki Museum

Moais du Kon-Tiki Museum



Le Kon-Tiki, radeau de balsa

Le Kon-Tiki